Partez à la découverte !

L'accueil :
Dès son arrivée dans le hall d'accueil rénové, le visiteur entre dans l'histoire. II s'adonne en effet au tourisme de guerre, tout comme 
les visiteurs du passé. En outre, d'innombrables débris, enterrés dans les environs et faisant régulièrement surface, le plongent 
d'emblée dans le récit. Une application interactive montre différents sites de guerre, dont le Boyau de Ia Mort.

Le premier étage :
Au premier étage, le visiteur est plongé dans un parcours chronologique à quatre thèmes :

     1. Guerre, invasion et eau
L'éclatement de Ia guerre en Europe, l'invasion de Ia Belgique et Ia bataille de l'Yser en octobre 1914 sont racontés en 
guise d'introduction. Ainsi armé, le visiteur dispose de suffisamment d'information pour comprendre le pourquoi et le 
comment de la construction du Boyau a cet endroit précis. Quatre couvre-chefs symboliques illustrent la présence de 
différentes nationalités sur le territoire belge en 1914.

      2. Les réservoirs à pétrole
Les combattants belges ont vite fait de comprendre que les Allemands necomptent aucunement Iâcher les réservoirs 
à pétrole. Des attaques successives échouent et les deux camps fortifient leurs positions. Les moyens de defense 
sont présentés ici. Une mitrailleuse allemande et des jumelles belges font partie de l'arsenal.

       3. De la borne 16 au Boyau de la Mort
Le thème le plus important est celui du creusement de Ia tranchée et de l'élaboration de Ia position. Les escarmouches 
sanglantes avec les troupes allemandes, Ia création d'une brèche dans Ia digue de l'Yser et le rôle de l'artillerie sont 
au centre de !'attention. De nombreux objets, tels des uniformes, des couvre-chefs, des armes et des obus d'artillerie, 
retracent Ies évènements. L'application Le Boyau de Ia Mort au fil des jours est également consultable ici, sur trois écrans.

      4. Vie et mort dans les tranchées
Le dernier thème parle de la vie et de Ia mort des soldats belges dans les tranchées de la Grande Guerre. 
A l'aide d'applications interactives, le visiteur peut faire la connaissance des soldats en découvrant des facettes plus 
personnelles de la vie dans les tranchées, telles que la religion, la nourriture et l'amitié. Le thème de la mort est 
introduit par le biais d'un casque perforé d'une balle. Environ 250 biographies de victimes belges racontent qui a
perdu la vie dans le Boyau de la Mort. Ses morts reçoivent enfin un nom et un visage.

Le second étage : 
Le visiteur bénéficie ici d'une magnifique vue sur la Redoute du Cavalier et le Boyau de la Mort. Une photo aérienne géante au sol 
permet de visualiser la situation en 1917 et de comparer le paysage d'hier et d'aujourd'hui. En outre, le visiteur peut, à l'aide 
d'une application interactive, localiser les points chauds du site. Enfin, un grand écran présente des dizaines de photos 
aériennes d'époque, illustrant ainsi le paysage marqué par le conflit.

La visite à l'extérieur : 

Après avoir absorbé l'histoire du Boyau de la Mort, il est temps de parcourir les tranchées en tant que telles. Grâce à l'information 
présentée au centre d'interprétation, le visiteur peut se forger une image parfaite des événements qui se sont déroulés ici, ainsi 
que de l'impact du site sur la vie du soldat belge lors de la Première Guerre mondiale. En outre, le bunker allemand est incorporé 
au parcours. Celui-ci se trouvait en dehors du domaine du Boyau, mais est maintenant accessible au public. Ce restant unique des 
tranchées allemandes montre bien la proximité des deux camps