L’art 1914-1918 sous les feux de la rampe

En cette année 2016 du centenaire de la Grande Guerre, plusieurs expositions temporaires valorisent notre importante collection d’œuvres 1914-1918.

2016 commémore le 100e anniversaire de la création de la section artistique de l’armée belge en campagne. Cette section a regroupé, entre 1916 et 1918, vingt-six artistes dont la mission était de raconter la guerre au travers de leur art. Mais au-delà du but documentaire de leur travail, les images qu’ils produisirent servaient d’autres desseins, ceux de la propagande belge qui devait montrer au monde le rôle de l’armée belge dans le conflit et convaincre les états créanciers de soutenir financièrement l’état belge. Tous les artistes combattants n’eurent pourtant pas la chance de bénéficier de ce statut officiel. La pénibilité des conditions de vie sur le front ne les empêcha pas de reprendre le crayon ou le pinceau pour témoigner de l’histoire et exprimer leur vécu. Aussi cette guerre dévastatrice connut-elle un véritable boom de la création artistique. Ces œuvres vous pouvez aujourd’hui les découvrir ou les redécouvrir au travers de trois expositions.

Dans le cadre d’une série d’expositions sur La femme cachée de la guerre, la maison de la culture De Scharbiellie à La Panne, la ville où s’installa le couple royal pendant le conflit, évoque le soutien indéfectible de la reine Elisabeth aux arts, tant en faveur de la musique et de la littérature, que des arts plastiques. Parmi les grandes personnalités évoquées, citons Eugène Ysaye, Emile Verhaeren et Alfred Bastien. Douze œuvres achetées pendant la guerre par la reine et offertes au MRA par le roi Léopold III en 1968 y sont notamment présentées.

Le centre des visiteurs Westfront Nieuwpoort rappelle l’attraction que la ville exerça sur les artistes combattants et propose, dans son exposition La Grande Guerre sur la toile, une sélection d’œuvres inspirées par les ruines citadines et le paysage dévasté ou encore par l’impressionnant complexe des écluses qui permit de maintenir pendant quatre ans l’inondation des polders. Nieuport rappelle ainsi qu’Alfred Bastien et quelques membres de la section artistique établirent un atelier dans les ruines d’une maison qui devint la légendaire « cave des peintres ». Vingt-huit œuvres conservées aux MRA y figurent, dont notamment une grande esquisse peinte par Bastien pour son panorama de la bataille de l’Yser.

Enfin, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ouvriront le 29 septembre une exposition intitulée 14-18. Rupture or Continuity ? qui s’interroge sur l’impact de la guerre sur la production artistique du pays et cherche à mieux appréhender les changements et les constantes de l’art belge entre 1910 et 1925. Deux membres de la section artistique y seront représentés par des œuvres achetées par l’état au lendemain du conflit.

Plus d'infos : 

La Panne : http://www.dezijkantvandeoorlog.be/koningin-elisabeth.html

Nieuport : http://www.nieuwpoort.be/nieuwpoort/view/nl/nieuwpoort/de_groote_oorlog/westfront_nieuwpoort/tijdelijke_tentoonstellingen

Bruxelles MRBAB : https://www.fine-arts-museum.be/fr/expositions/14-18-rupture-or-continuity